Convertir son abri de jardin en poulailler

Convertir son abri de jardin en poulailler

L’élevage de poules peut être une activité très rentable, mais investir sur un poulailler peut être très onéreux. Ainsi, pour une réduction considérable des coûts, construisez vous-même votre poulailler en remodelant votre abri de jardin. Les points essentiels à connaître dans cet article.

La conversion

Vous avez probablement un abri sous-utilisé dans votre jardin qui, selon vous, peut servir de poulailler. De plus, les chalets de jardin sont généralement plus robustes et ont plus de résistance aux intempéries par rapport aux poulaillers achetés.

D’un autre côté, on peut réaliser des économies considérables en termes de temps et d’argent en opérant de cette manière. Par contre, votre cabane de jardin aura besoin d’être légèrement modifiée avant de pouvoir être convertie en poulailler.

Certes, en plus des enclos adjacents, il faut y aménager les éléments de base du poulailler, à savoir : le perchoir, le nichoir, le mangeoire, l’abreuvoir, la litière, etc.

D’un côté, il faudra aussi mettre en place une ouverture telle qu’une chatière si vous ne souhaitez pas user de la porte pour les sorties matinales de vos poules.

Ainsi, vous ne devez même plus hésiter à arborer cette transformation. Vous n’avez qu’à concevoir une zone de promenade pour les poules entourée d’une clôture et d’une trappe à côté de l’abri pour leur servir d’entrée et de sortie.

Que dit la loi ?

Il faut savoir qu’une telle construction est soumise à des règles sur le territoire français. Ces dernières traitent généralement la taille de l’abri.

Si l’on ne dépasse pas les 5 mètres carrés, nulle autorisation n’est requise.

Si compris entre 5 m² et 20 m², vous devez déclarer des travaux à la mairie.

Avec une surface de construction pouvant dépasser les 20 mètres carrés, un permis de construire est requis pour le poulailler.

Pour la plupart des cas, tant que l’abri est attenant à votre habitation, un permis de construire n’est requis que pour une superficie supérieure à 40 mètres carrés. Il est préférable de recueillir des informations auprès de la commune au cas où il y aurait un arrêté municipal spécifique à ce sujet.

Concernant le nombre de poules pouvant être adoptées, il ne doit pas surpasser la cinquantaine avec un âge de plus de 30 jours.

En dehors de cela, vous aurez un titre d’éleveur professionnel et devrez faire une déclaration de l’activité en question. Veuillez noter que les œufs ne peuvent être vendus à titre privé sans autorisation.

Qu’en est-il des coûts engendrés ?

Les dépenses dépendront de ce que vous envisagez, du nombre de poules envisagé et des outils et matériels dont vous disposez déjà.

Le prix d’un kit varie de 50 à 100 euros, selon la taille et les options. Si l’achat des matériaux est à votre charge, le coût baissera sûrement, et sera d’une soixantaine d’euros environ.

Avec cet argent, vous pouvez suffisamment vous procurer du bois traité pour la mise en place d’un poulailler de 2 m² et une couverture de toit.

Les poulaillers faits maison peuvent être encore moins chers grâce à des palettes et un esprit très imaginatif. Cependant, envisagez quand même de traiter le bois pour éviter la moisissure.

comores-actualites

Related Posts

Besoin calorique journalier, combien de calories par jour ?

Besoin calorique journalier, combien de calories par jour ?

Augmenter les performances de sa voiture

Augmenter les performances de sa voiture

Le bon moment pour une reconversion professionnelle ?

Le bon moment pour une reconversion professionnelle ?

Jardin zen : rechargez vos batteries avec style !

Jardin zen : rechargez vos batteries avec style !

ENORA

benevole

Bonjour cher(e)s internautes !

Bienvenue sur COMORES ACTUALITES, un blog généraliste, qui vous parle de tout. Je suis Enora j’ai 42 ans et j’adore les Comores j’y ai vécu cinq ans, en tant que bénévole pour une association humanitaire. L’Afrique est un continent extraordinaire. Des lieux et une richesse culturelle unique au monde à découvrir. Si j’ai ouvert ce blog c’est avant tout parce que relayer ce qui me plait dans la vie est un plaisir. Alors je vous partage des articles qui j’en suis certaine vous plairont.

Bonne lecture !